La recherche des bourses d’études et l’organisation de concours d’admission aux bourses font partir des prérogatives de l’OEECI. S’Exprimait ainsi son Président EL Hadj Aboubakary Konaté lors de sa visite sur le site du concours. L’OEECI reste la meilleure structure et Digne de confiance en Cote d’Ivoire dans l’évolution et la prise en charge des élèves et étudiants de l’enseignement islamique.

C’est à juste titre d’ailleurs que le Cosim, les 3I et la LIPCI, lui ont confié l’organisation de ce concours de bourses d’études pour l’Egypte. Le Président Aboubakary Konate est en effet, le responsable de l’éducation au sein du bureau national du Cosim.

Très tôt le matin du dimanche 15 mai 2016, les candidats ont pris d’assaut les salles du centre culturel islamique de williansville pour participer a ce concours.

Le concours était ouvert à tous les étudiants titulaires d’un Baccalauréat islamique. Ils sont venu de partout en en cote d’ivoire et même de différentes filiations associatives pour participer à ce concours. Selon les organisateurs, 80 candidats inscrits ont pu composés sous l’œil vigilant du Vice président du comité d’organisation Docteur Coulibaly lanciné. Les candidats ont été évalués sur plusieurs d’épreuves, à savoir l’éducation islamique comme les fondements de l’islam, le dogme et la langue arabe. Aussi Une partie du concours était écrite et une autre orale

Tous ces ingrédients du concours étaient nécessaires afin de discerner les meilleurs étudiants capables de représenter leur pays à l’extérieur.

Le concours débouche sur des bourses d’études avec la prise en charges complètes dont le billet d’avion, l’hébergement et la scolarité pour des études de licence en théologies à l’université ALHAZAR au Caire en Egypte.

Les compositions, bouclées de 7H30 à 13H ont été immédiatement suivies par les corrections car Les résultats devrait être disponibles des le lendemain.

Selon les organisateurs, Tout s’est bien déroulé comme prévu et suivant le calendrier convenu pour le déroulement. Le comité d’organisation était très fier de sa performance, depuis le lancement du concours jusqu’à la composition.

Quand aux candidats, ils ont tous apprécié le déroulement du concours dans l’ensemble. Ils ont également trouvé le contenu des sujets très abordable. Cependant certains ont reproché à l’organisation le cout élevé des frais de dossiers qui était de dix mille francs. D’autres ont signalé aussi que l’information n’a pas été vite publier ainsi que le délai de dépôt de dossiers. Pour eux, beaucoup de leurs frères à l’intérieur n’ont pas pu effectuer le déplacement.

En marge du concours, Imam Badra Ali, Secrétaire Général adjoint de la DINECI, et membre du comité d’organisation, s’est prêté à notre micro pour faire quelques observations. Notamment Sur l’avenir des jeunes qui vont bientôt acquérir cette formation théologique en Egypte. Pour lui, les enseignements que les structures islamiques apportent aux enfants de ce pays sont très utiles dans le sens l’édification de la moral, des bonnes meurs donc de l’émergence. « cette communauté a été très tolérante d’ailleurs lors de la crise à cause de cette éducation bénéficiée de nos écoles. » disait-il.

Cependant quand au volet emploi de ces étudiants, il pense que si un département s’est chargé de leur formation à savoir les établissements islamiques, alors un autre département devrait aussi les prendre en compte pour l’emploi, à savoir l’Etat de cote d’Ivoire. Vu qu’ils sont enfants du pays et qu’ils étudient aujourd’hui toutes les disciplines officielles du ministère de l’éducation nation nationale. Il ajoute que la langue arabe qui est un plus dans leur formation, est aujourd’hui tres parlée sur plan international.

Ayant constaté aussi la présence d’une seule fille, il a rassuré que les parents qui était réticents par le passé à scolariser les filles parce que pour eux la femme ne servait qu’au mariage, aujourd’hui ils ont changé de mentalités. les prochains concours devraient être plus prometteurs.

Apres ce concours, plusieurs projets de concours sur la Turquie, le Maroc et l’Arabie saoudite sont en voie d’être lancés dans les mois à avenir par l’OEECI.

Abou D.


Chargement de la conversation